EXCLUSIF – Les parents et le frère de Michel Vienneau poursuivent la Ville de Bathurst et les policiers



C’est au tour des parents et du frère de Michel Vienneau, d’intenter une poursuite civile contre la Ville de Bathurst et les deux policiers impliqués dans sa mort, pour des dommages et intérêts.

Annick Basque a déposé, depuis juillet 2015, deux actions judiciaires contre la Ville de Bathurst pour négligence dans la mort de son compagnon Michel Vienneau, et son arrestation illégale le jour du drame.

Les parents de Michel Vienneau, Sylvie et Georges, ainsi que son frère, Nicolas, qui agit comme administrateur de la succession, lui emboîtent le pas.

La famille lance une action contre la municipalité responsable de sa force policière et les agents Mathieu Boudreau et Patrick Bulger.

Dans l’exposé de la demande en date du 20 octobre, obtenu par l’Acadie Nouvelle à la Cour du Banc de la Reine de Bathurst, l’avocat souligne d’emblée que Michel Vienneau «était un fils attentionné qui prenait soin de ses parents sur une base quotidienne et régulière en sus de leur procurer un soutien financier périodique»

Le défunt était un entrepreneur de Tracadie. Il a été mortellement atteint par des balles policières le 12 janvier 2015, à son retour d’un rapide voyage à Montréal en train.

Une opération policière était en cours à la gare de Bathurst, puisqu’un dénonciateur anonyme alléguait que Michel Vienneau et Annick Basque – que la famille identifie simplement comme une amie dans le document de cour – seraient en possession de drogues à leur retour.

«Le défendeur Bulger ne fit aucune vérification d’antécédents criminels ou d’enquête relativement à feu Michel Vienneau. Il entreprit seulement un exercice de reconnaissance de la gare pour identifier le véhicule de Michel Vienneau et vérifia l’heure d’arrivée du train en provenance de Montréal. (…) Le défendeur Bulger avait choisi de simplement procéder à [son] arrestation sans plan et sans planification», est-il écrit dans la poursuite.

La famille relate que l’agent Boudreau s’est aussi rendu à la gare sans prendre le temps de définir son rôle dans l’opération que dirigeait son collègue Patrick Bulger.

Elle libelle que la Ville de Bathurst a fait preuve de négligence en ne donnant pas une formation appropriée à ses policiers sur les méthodes d’enquête et les procédures d’arrestation, et de ne pas s’être assurée de la compétence des membres sa force de protection, de manière régulière.

Elle allègue que Patrick Bulger a dirigé et Mathieu Boudreau, participé, à «une opération policière de façon insouciante et cavalière».

En conclusion d’une liste de reproches, les trois membres de la famille du défunt réclament des dommages et intérêts dont le montant n’est pas spécifié.

Aucun des arguments des proches n’a encore été prouvé en cour. Les défendeurs n’ont pas encore répliqué à la poursuite.

Appelée à commenter, la direction municipale de Bathurst nous a simplement signifié que le dossier est entre les mains de la compagnie d’assurance de la Ville et que c’est à elle qu’il revient de faire des déclarations.

Une enquête indépendante de la GRC avait conclu que la victime, âgée de 51 ans, ne trempait pas dans des activités criminelles. Les agents Boudreau et Bulger font face à la justice pénale pour homicide involontaire.


For additional information, please sign up for our weekly newsletter.

Your Name (required)

Your Email (required)